Le cholestérol

Voulez-vous savoir enfin avoir accès à une ANALYSE INDEPENDANTE des données de la science ?
Cholestérol et statines :  le grand mensonge
Tout savoir pour éviter Alzheimer et Parkinson
une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Medicine. Il s’avère que le taux de cholestérol contribue effectivement à accroître la production d’un composant important du système nerveux qui facilite bonne communication des cellules nerveuses, et empêche l’apparition de maladies du cerveau telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Les statines hypocholestérolémiantes sont responsables de la destruction de la santé, causant la maladie d’Alzheimer
Les sujets atteints présentent à des degrés divers, proportionnels au déficit en cholestérol, des troubles cognitifs ou des troubles de l’intelligence pour parler simplement.
Cette déclaration semble si incroyable que cela prend beaucoup de temps pour effacer le lavage de cerveau de son esprit afin de comprendre pleinement son importance. Pourtant, le fait que les personnes ayant un cholestérol élevé vivent plus longtemps ressort clairement de nombreux articles scientifiques.Examinez les conclusions du Dr Harlan Krumholz du Département de médecine cardiovasculaire de l’Université de Yale, qui a déclaré en 1994 que les personnes âgées avec un cholestérol faible mouraient deux fois plus souvent d’une crise cardiaque que celles avec un cholestérol élevé.
un site contre les anticholestérols (nous ne pouvons cependant que regretter la position particulièrement immonde et inacceptable de l’auteur vis a vis des autres victimes des médicaments)
« La « théorie du cholestérol » dans sa forme actuelle n’est qu’un château de cartes. Dès qu’on utilise son sens critique et qu’on analyse scientifiquement les données de biologie expérimentale, d’épidémiologie et des essais cliniques randomisés, tout s’écroule. Le cholestérol ne bouche pas les artères ; le risque de mourir d’un infarctus n’est pas proportionnel au niveau de cholestérol dans le sang et le faire baisser ne réduit pas le risque de mourir d’un arrêt cardiaque. Je ne suis pas seul contre tous en disant cela. De nombreux chercheurs, notamment aux Etats-Unis et en Scandinavie, s’opposent à cette course folle d’une médecine préventive focalisée sur une guerre inutile contre le cholestérol. Mais cette parole est confisquée et l’industrie surfe sur cette vague sans aucun contre-pouvoir. »
Par exemple, Dumit décrit comment les seuils de risque pour le cholestérol ont été abaissés à trois reprises au cours de la dernière décennie, ce qui augmente le potentiel pour obtenir plus de patients sous tratement, plus statines qui réduisent le cholestérol.
Parce qu’il y a eu des menteurs, bien organisés, qui ont gagné de l’argent et en ont fait gagner aux firmes en répandant un dogme faux. L’industrie pharmaceutique mondiale s’est quand même mis dans la poche 400 milliards d’euros depuis dix ans, et en France, pas loin d’un milliards d’euros par an.
danger et essroquerie
Trop de graisse animale est nocif pour la santé ; trop de cholestérol dans le sang est dangereux pour le cœur. Ces truismes apparents ne sont que des mythes. Vous trouverez ci-dessous quelques faits surprenants et inquiétants.
« il n’y a pas de mauvais cholestérol, c’est une farce inventée par les industriels de la pharmacie »
Par le Dr U.Ravnskov ( http://www.ravnskov.nu/ncep_guidelines )
« Le cholestérol ne bouche pas les artères »
« La « théorie du cholestérol » dans sa forme actuelle n’est qu’un château de cartes. Dès qu’on utilise son sens critique et qu’on analyse scientifiquement les données de biologie expérimentale, d’épidémiologie et des essais cliniques randomisés, tout s’écroule. Le cholestérol ne bouche pas les artères ; le risque de mourir d’un infarctus n’est pas proportionnel au niveau de cholestérol dans le sang et le faire baisser ne réduit pas le risque de mourir d’un arrêt cardiaque. Je ne suis pas seul contre tous en disant cela. De nombreux chercheurs, notamment aux Etats-Unis et en Scandinavie, s’opposent à cette course folle d’une médecine préventive focalisée sur une guerre inutile contre le cholestérol. Mais cette parole est confisquée et l’industrie surfe sur cette vague sans aucun contre-pouvoir. »
Les maladies et autres affections dont le risque augmente si votre taux de cholestérol est abaissé, soit par maladie ou artificiellement par des médicaments, est long. Les médicaments qui réduisent le cholestérol, eux-mêmes, augmentent également les risques en raison des effets secondaires indésirables qu’ils produisent. Cet aspect sera abordé dans une autre partie de ce site . Mais il suffit de regarder les conditions énumérées dans le menu ci-dessus, ou l’ Indice des dangers de l’indice de cholestérol bas , afin de constater que l’abaissement du cholestérol n’est pas sans risque important.
Depuis 30 ans, on nous dit qu’en diminuant le taux de cholestérol, on diminue les problèmes cardiovasculaires. Or on constate que ce n’est pas le cas
Le taux normal de cholestérol : oui vous lisez bien il est passé de (2,60) 3g/l à 2g/l,En janvier 2008, le professeur Kastelein d’Amsterdam publie une étude « Cholesterol Drug Bomb » qui prouvent une fois de plus qu’il n’existe aucun rapport entre la baisse du cholestérol et les risques d’infarctus du myocarde alors que des millions de gens à travers le monde prennent des médicaments anticholestérol en croyant réduire les risques ! Or non seulement ces médicaments ne protègent pas mais chez les patients pris dans cette étude, les dépôts de la région cardiaque se sont développés deux fois plus vite que chez les patients du groupe de contrôle.
La résistance croissante au marketing dont font preuve certains médecins depuis quelques années semble avoir convaincu l’industrie pharmaceutique de changer son fusil d’épaule et de viser maintenant le grand public, comme elle le fait avec grand succès aux USA. Tout a commencé à la rentrée 2002 lorsque le SNIP (Syndicat National de l’Industrie Pharmaceutique) a décidé de se rebaptiser du beau nom de LEEM (Les Entreprises du Médicament). Ce nouveau nom n’était pas un simple changement de façade mais la manifestation d’une quête de reconnaissance que l’industrie a accompagnée d’une puissante campagne en direction du grand public : affiches, publicités dans la presse écrite et surtout spots télévisés sur TF1 et France Télévision dans lesquels des personnalités, malades ou en bonne santé, venaient vanter les bienfaits des découvertes les plus spectaculaires : des anticancéreux aux médicaments pédiatriques en passant par le traitement de la sclérose en plaques. Mais cette entreprise de séduction dépasse la simple campagne d’image : sous couvert d’information sanitaire, le LEEM s’associe à des associations à but non lucratif pour diffuser des messages qui n’ont d’autre but que d’inciter la population à  » consommer  » du médical – c’est à dire, in fine, du médicament. L’exemple le plus flagrant est visible ces jours-ci sur nos écrans : en janvier dernier, les laboratoires Pfizer s’associaient à l’ARCOL (Comité français de coordination des recherches sur l’athérosclérose et le cholestérol) pour lancer une campagne autour du dosage du cholestérol. Les moyens étaient conséquents : publi-reportage diffusé dans la presse écrite ayant pour vocation  » d’élargir l’information au risque cardiovasculaire dans sa globalité  » ; 1 300 000 brochures d’information destinées à être distribuées aux patients par les professionnels de santé afin  » d’aider à lutter contre les idées reçues sur l’hypercholestérolémie  » ; centre d’appel téléphonique permettant de  » répondre aux questions les plus fréquemment posées « . Le pompon était cependant remporté par l’annonce presse avec  » visuel choc et message simple  » (sic !) publiée dans les principaux titres de la presse française. Déclinée en poster  » à la demande de médecins « , 1 000 exemplaires étaient destinés à être installés dans les salles d’attente médicales. Annonce et poster représentaient les pieds d’un cadavre à la morgue : une étiquette portait le sexe (M), l’âge (47) et la cause du décès (accident cardio-vasculaire), avec ce message  » choc  » :  » Dire qu’un simple dosage de son cholestérol aurait pu lui éviter ça !  » Juste en dessous, on pouvait lire  » Une crise cardiaque peut intervenir alors que l’on ne se croyait pas malade. On peut alors découvrir que l’on a, peut-être depuis des années, un excès de cholestérol dans le sang. Saviez-vous qu’un excès de cholestérol peut provoquer des maladies cardiovasculaires ? Faire doser régulièrement son taux de cholestérol est important, d’autant qu’il est relativement facile, aujourd’hui, de le faire baisser.  » Suit la liste des personnes et situations  » concernés  » :  » Homme de plus de 45 ans. Femme de plus de 55 ans ou ménopausée. Antécédent familial de maladie cardiaque. Tabagisme. Diabète. Hypertension. Obésité.  » …..
Et si le cholestérol n’était pas dangereux ? L’affaire est à peine croyable. Le cholestérol ne serait pas ce serial killer redouté, responsable de milliers de crises cardiaques et d’arrêts vasculaires cérébraux ? Le faire baisser serait même mauvais pour la santé ?
Cholestérol : Une arnaque qui coûte plus de deux milliards d’euros par an à la sécurité sociale Selon le Pr Philippe Even, le cholestérol est « un ennemi imaginaire », ce qui en fait « la plus grande erreur médicale de tous les temps » en même temps que « la plus grande arnaque, escroquerie de l’industrie pharmaceutique ».
La vérité sur le cholestérol Une étude publiée par Le New York Time en janvier 2008 sous le titre « Cholesterol Drug Bomb » révèle l’étude faite par le professeur Kastelein d’Amsterdam qui prouvent une fois de plus qu’il n’existe aucun rapport entre la baisse du cholestérol et les risques d’infarctus du myocarde alors que des millions de gens à travers le monde prennent des médicaments anticholestérol en croyant réduire les risques ! Or non seulement ces médicaments ne protègent pas mais chez les patients pris dans cette étude, les dépôts de la région cardiaque se sont développés deux fois plus vite que chez les patients du groupe de contrôle. Il a fallu deux ans pour que cette étude, entreprise au départ pour des sociétés fabricantes de médicaments anticholestérol soit enfin publiée… Tout ceci confirme ce que le docteur Rath affirme depuis longtemps, à savoir que si le cholestérol endommageait les vaisseaux sanguins, on verrait des lésions tout au long du parcours et pas uniquement dans les régions cardiaque et cérébrale. Pour le docteur Rath, l’athérosclérose est une forme de scorbut du à une carence en vitamine C
Sur le sujet du cholestérol, on entend TOUT et son contraire. Les graisses saturées seraient des « ennemies » et le cholestérol alimentaire serait dangereux. Autre dogme : le cholestérol sanguin, fabriqué par nos cellules, serait un poison quand il est en excès. Voulez-vous savoir enfin avoir accès à une ANALYSE INDEPENDANTE des données de la science ?
En faisant des recherches sur tous ces traitements, j’ai découvert que l’Ezemimibe réduisait certes le taux de cholestérol, mais n’avait strictement aucune efficacité sur les maladies cardiovasculaires1. D’ailleurs même la HAS (Haute Autorité de Santé) dans sa fiche BUM (Bon Usage des Médicaments) le reconnaît elle-même2 et le confirme dans un autre avis3.
Hartenbach remet non seulement en question les théories largement répandues depuis plusieurs années sur la soi-disant nocivité du cholestérol ; il met expressément en garde contre les thérapies visant à abaisser le taux de cholestérol. L’auteur considère que ces thérapies ont des effets négatifs. Il cite ainsi une baisse de la capacité de performance et de régénération de l’organisme, ou le risque accru d’infarctus et de cancers lié à la prise de médicaments visant à faire baisser le taux de cholestérol. Un taux de cholestérol trop bas peut en effet conduire à un arrêt circulatoire mortel.
Les statines représentent un marché mondial de plus de 30 milliards de $ par an, et ceci depuis de nombreuses années. En outre,le dépistage et le traitement du cholestérol coûte environ 100 milliards de $ par an sans aucun avantage notable pour les victimes, je veux dire les patients.
…en dépit du fait qu’une étude publiée dans l’American Heart Journal (Janvier 2009) analysant 137 000 patients admis dans des hôpitaux aux Etats-Unis avec une crise cardiaque a démontré que près de 75% avait un taux de cholestérol « normal »
Voici ce qu’il faut savoir pour qu’on ne vous prenne pas pour un imbécile.
Par ailleurs, même s’il n’y a qu’un seul cholestérol, on nous parle pourtant du « bon » et du « mauvais » cholestérol, de quoi s’agit-il ? En fait, le cholestérol est fixé sur des molécules de transport pour pouvoir circuler dans le milieu aqueux du sang. On parle de bon cholestérol pour désigner les molécules de transport de grosse taille (HDL), et de mauvais cholestérol pour les transporteurs de petite taille (LDL).
Mais personne ne nous dit que les LDL sont toutefois vitales puisque ce sont elles qui distribuent le cholestérol à toutes les cellules du corps. Mais c’est au cours de cette distribution, via le système artériel (donc dans le sens circulatoire « aller »), que le risque de dépôt sur les parois artérielles existe. Trop de LDL risque donc effectivement d’engendrer un ralentissement circulatoire, un manque d’oxygénation des muscles du cœur, avec pour conséquence possible l’infarctus du myocarde. Les HDL, que l’on va retrouver au niveau « retour » sont de gros transporteurs et des « ramasseurs » de cholestérol, on considère donc que l’on n’a jamais trop de HDL. Mais en toute logique, l’excès, en quelque matière que ce soit, n’est jamais bon pour la santé.cile.
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le cholestérol

  1. sam dit :

    toute manière sa fou la trouille, moi sa fait 4 ans que je prends plus mes anti cholestérol, le toubib ne sait rien, je vais à la pharmacie et je les prends pas et depuis 4 ans mon taux est normal j’en ai pris pendant dix ans…..
    j’avais des douleurs partout, aux muscles surtout et les nausées je vous raconte pas !!! les maux de tête….
    La j’ai fait une chute j’ai était voir un toubib à l’hôpital, ce qui m’ennuie c’est le nerf qui ne c’est pas remis, donc la toubib ma donné des médicaments comme LYRICA et RIVOTRIL brrr, j’ai lu la notice j’ai paniqué !!!!
    plus d’effet indésirable que d’effet en plus c’est pour les épileptiques et les depressifs, ce qui est pas mon cas je crois que je vais pas les prendre je préféré que mon nerf se remette tout seul avec le temps !
    pour ma part je déconseille les anti cholestérol le mien est normal depuis 4 ans, j’ai simplement réduit les matières grasses ./

    • attention au rivotril qui est une benzodiazépine !!
      http://nonauxbenzodiazepines.wordpress.com
      pour le rivotril, sa prescription est interdite en France pour autre chose que l’épilépsie :
      « En accord avec l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps),
      le laboratoire Roche souhaite porter à votre connaissance des informations importantes destinées à favoriser le bon usage des spécialités RIVOTRIL® (clonazépam).
      …L’efficacité et la sécurité d’emploi de RIVOTRIL® ne sont en effet pas établies dans le traitement de la douleur (notamment céphalées, douleurs osseuses, neuropathiques, articulaires, analgésie post-opératoire), ni dans les indications habituelles des autres benzodiazépines (notamment anxiété et troubles du sommeil).
      http://www.afssaps.fr/content/download/12807/155809/version/1/file/ddl-rivotril-072008.pdf
      tandis que pour le lyrica, il faut voir :
      http://neurontinlyrica.wordpress.com

    • BAUDRY dit :

      Tout à fait d’accord avec vous, suite à des crises de panique remontants à une dizaine d’années, séparation douloureuse et ayant refait un peu trop vite ma vie nous avons eu 2 enfants, j’avais un travail instable, bref, étant atteint de TOCS qui se manifestent dans des épisodes dépressifs j’ai consulté un psychiatre qui m’a indiqué le PROZAC à prendre tout le temps, accompagné d’une thérapie comportementale je m’en suis bien sorti au bout de 3 ans, j’ai donc arrêter mes séances, j’ai continué le PROZAC jusqu’à l’année dernière ou j’ai décidé d’arrêter le traitement vu que je ne ressentais plus d’effet, mon taux de cholestérol ayant augmenter (certainement du au PROZAC) j’ai pris du CRESTOR, par la suite ma tension est passée de 14 à 16, j’ai donc pris du COVERSYL, je me doutais bien que les problèmes étaient liés, j’ai eu récemment une prise de sang et mon taux de cholestérol est redescendu alors que tant que j’étais sous
      PROZAC et CRESTOR le taux du mauvais choléstérol restait élever et le bon était trop
      bas, de plus j’ai du subir une méatotomie (opération des sinus) pour dégager le pus que
      j’avais accompagné d’une mauvaise odeur, j’ai demandé à mon médecin de changer de médicament, il m’a prescrit du TAHOR, même après mon opération nasale j’avais toujours du pus dans le nez, pas de problème dentaire, récemment des tendinites à l’épaule sans raisons apparentes, j’arrête le tahor et le RASILEZ (substitut du COVERSYL)je n’ai plus de pus et je suis sur que la
      tendinite va disparaitre, je me considère victime du traitement par médicament par
      outrance, j’ai trouvé votre vidéo très enrichissante et j’estime qu’elle devrait être envoyée à tous les médecins dignes de ce nom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s